Index de l'article

Et d'abord un peu d'étymologie…

armoiries vlp

Le terme "Vaux" s'applique à la convergence des vallées de la Seine et de l'Almont. Quant à "Pénil", c'est un mot d'ancien français qui désigne un mamelon - celui qui domine le confluent et sur lequel s'élevait un temple dédié à Jupiter à l'époque gallo-romaine.

Vie de Château

A l'emplacement du château actuel, les sires de Pény établissent à l'époque féodale une mission forte qui permet de surveiller le cours de la Seine ainsi que la ville de Melun et ses environs. En 1557, Tristan de Rostaing remplace la bâtisse féodale par un château Renaissance. Michel Louis Fréteau le fait démolir pour le remplacer au XVIIIème siècle par un château sans toit apparent. Mais c'est un comte d'origine hongroise, Michel Ephrussi, qui lui donne son visage actuel à la fin du XIXème

chateau.jpg

Révolution

En 1789, le baillage de Melun désigne le Pénivauxois Emmanuel Fréteau de Saint-Just aux États Généraux pour y représenter la noblesse. Il aide ses sujets à rédiger leur "cahier de doléances" et décide de siéger parmi les députés du Tiers État. Le 10 octobre 1789, il est élu président de l'Assemblée Constituante, puis participe activement à la rédaction de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Fréteau sera cependant guillotiné sous la Terreur. En février 1790 ont lieu les premières élections municipales à Vaux-le-Pénil, qui compte alors 530 habitants, dont une majorité de petits agriculteurs.

Bataille de la Marne… et explosion urbaine.

C'est au château de Vaux-le-Pénil que se rencontrent, le 5 septembre 1914, le général Joffre et le maréchal French pour décider de la Bataille de la Marne. Notre commune est endeuillée au cours de la Grande Guerre par la mort de 41 de ses enfants.
Après la seconde guerre mondiale, le visage de Vaux-le-Pénil change. La polyculture disparaît peu à peu, cédant la place à des constructions pavillonnaires. L'urbanisation de l'agglomération melunaise fait passer la population pénivauxoise de 2000 habitants en 1962 à 7 000 en 1980, et près de 11 000 en 1999. Aujourd'hui, 71% des Pénivauxois sont propriétaires de leur logement et 64% vivent en habitat individuel.